Fourmillements et douleurs dans les mains

Douleurs, fourmis, doigts raides...les affections des mains empêchant la flexion des doigts et de la paume, comme le syndrome du canal carpien ou la maladie de Dupuytren, sont souvent douloureuses et invalidantes. Le diabète peut être à l'origine de ces affections ou les aggraver. Les diabétiques sont davantage touchés par ces pathologies.

 

Définition

Il n'y a pas de désignation unique pour qualifier les affections de la main en lien avec le diabète. Elles sont multiformes et nous allons ici ne citer que quelques exemples. Pour certaines, l'hyperglycémie chronique n'est pas un facteur aggravant. Mais leur point commun est l'ancienneté du diabète qui favorise leur développement. C'est pourquoi, statistiquement, elles touchent plus souvent les diabétiques que les non-diabétiques.

Symptômes

La chéiroarthropathie diabétique, par exemple, désigne un syndrome responsable d'une raideur dans les doigts. Il se caractérise par une limitation sans douleur de la flexion et surtout de l'extension des doigts. Il peut s'accompagner d'un épaississement de la peau. La maladie de Dupuytren, elle, peut provoquer à terme une flexion irréductible d'un ou plusieurs doigts. Elle est due à une fibrose et à une rétractation de la structure fibreuse située à la paume de la main, entre les tendons fléchisseurs des doigts et la peau.

Plus connu, le syndrome du canal carpien est une compression du nerf médian qui chemine du poignet à la paume de la main. La compression de ce nerf provoque des engourdissements, des fourmillements dans les doigts, voire des douleurs qui vont de la paume à l'avant bras; les autres symptômes se manifestant par un manque de force dans le pouce et une gêne dans les gestes qui réclament de la précision (travaux de couture, par exemple).

Attention, ce syndrome se développe plus souvent chez les gens qui ont une insuffisance de la glande thyroïde, maladie fréquente chez les diabétiques, tout particulièrement chez les diabétiques de type 1, car cela peut aussi être une maladie auto-immune.

Recommandations et traitement

Si les traitements sont le plus souvent des infiltrations, de la rééducation ou une intervention chirurgicale, l'équilibre du diabète est là aussi à surveiller dans la majorité des cas. L'équilibre du diabète, la surveillance par votre médecin des premiers symptômes, et ses conseils pour les prévenir et les endiguer sont à suivre avec sérieux, pour ne pas laisser s'installer ces complications.

Attention, les infiltrations peuvent fortement déséquilbrer le diabète, en particulier si on utilise des corticoïdes retards. Il faut toujours prévenir le médecin qui vous propose une infiltration que vous avez du diabète. Si une infiltration est tout de même faite, il faut renforcer la surveillance du diabète. En cas de corticoïdes retard (liquide blanc comme du lait), ce déséquilibre peut durer plusieurs mois !