Témoignage

Eric, 54 ans (42)

Je suis diabétique type 1 depuis 1968 : bientôt un demi-siècle de vie partagé avec ce compagnon, certes un peu encombrant, mais au final pas si terrible ! Mon père était diabétique également, traité à l'insuline depuis 1936 ! J'ai connu les seringues en verre et les aiguilles métalliques que l'on faisait bouillir, les insulines bovines et porcines purifiées, les analyses d'urine en comptant les gouttes dans un tube à essai... Une autre époque !

Puis sont arrivés les premiers lecteurs de glycémie dans les années 80 : le Glucometer qui faisait la taille (et presque le poids) d'un kilo de sucre. Mais quel progrès ! J'ai longtemps été traité par protocole basal-bolus, avec des stylos, système qui m'a toujours procuré un bon équilibre (HbA1C toujours < 7, en général autour de 6.5). J'avais essayé la pompe, mais je trouvais complètement inconfortable d'être relié à cette tubulure qui se coinçait partout...

Depuis un an je suis sous pompe patch et je contrôle mes glycémies en continu, ce qui a amélioré encore mon équilibre, en réduisant notamment le nombre d'hypoglycémies. Je n'ai aucune complication à ce jour. Ma dernière HbA1C était à 5.9, avec bien sûr une bonne hygiène de vie, et une alimentation équilibrée, mais sans contrainte excessive : je ne refuse pas un bon repas au restaurant, et ne pratique aucun régime particulier.

Le diabète ne m'a jamais gêné, ni dans mon activité professionnelle et mes études (je suis vétérinaire), ni dans mes pratiques sportives notamment (haute montagne dans ma jeunesse, pendant longtemps squash et tennis de table, aujourd'hui une pratique plus " loisirs " des sports de montagne, VTT, running). Les seules contraintes pesantes que j'ai pu ressentir venaient des assurances (coût exorbitant de la moindre protection sociale pour un libéral) et des administrations (j'ai dû cacher mon diabète pour pouvoir rentrer en classe préparatoire, ou en internat, au début des années 80). J'espère que mon histoire pourra aider et surtout persuader les jeunes diabétiques, ou les parents d'enfant diabétique, que cette maladie est simplement un peu contraignante, et n'empèche en aucun cas de parvenir à ses objectifs.

Je partage aussi mon histoire

Je témoigne

Je trouve d'autres témoignages

Clément, 13 ans et demi